L'église Saint-Michel

Installée au cœur du vieux bourg, l’église paroissiale est classée monument historique tandis que son site est protégé. Érigé de 1359 à 1398, l’édifice constitue l’exemple type de l’église gothique à nef unique de la région. La nef, voûtée d’arêtes, est ajourée par des baies en lancette.

Les neuf chapelles latérales sont éclairées pour la plupart d’une rose. Elles s’ouvrent sous des arcatures brisées pourvues de consoles décorées de motifs végétaux ou figurés. Les nervures de la voûte d’ogive reposent sur des culs-de-lampe sculptés. Leurs clefs de voûtes portent les emblèmes de certaines corporations de métiers : navettes des tisserands, ciseaux des cardeurs…

Le chœur pentagonal est couvert d’une voûte d’ogive dont la clef représente Saint Michel terrassant le dragon. Ses chapiteaux sont sobrement moulurés, à l’exception de l’un d’eux figurant un ange.Cette abside est largement ajourée par trois fenêtres à remplages du gothique rayonnant. En outre, le chevet (extérieur) abrite une sculpture romane en remploi qui proviendrait d’un édifice primitif. Elle représente un homme luttant avec un lion.

A l’est, est pratiquée une porte en arc brisé, précédée d’un porche ; au nord, s’ouvre le portail principal en arc brisé ultérieurement retouché.

Le puissant clocher rectangulaire est percé de baies brisées dans sa partie sommitale. Sur sa face sud est aménagée une vaste cage d’escalier.

Enfin, depuis la Révolution, Saint-Michel de Lagrasse renferme un riche mobilier provenant essentiellement de l’abbaye. On peut citer, en particulier, les sept toiles représentant « les Sept Sacrements » attribuées à Giuseppe Maria Crespi (début du 18ème siècle) ; deux tableaux de Jacques Gamelin, « Moïse frappant le rocher » et la « Manne dans le désert » (début du 19ème siècle) ; ainsi que le maître-autel et son retable (18ème siècle).

eglise-low